Recherche


Notre corps en dit tout autant que nos paroles, parfois plus. Il les contredit même parfois, rendant caduc le message verbal que nous essayons de faire passer.

Mazarin

En public, on est toujours en représentation. Il faut se maîtriser en permanence. L'astuce c'est d'avoir l'air naturel, tout en prenant bien soin de réfréner sa nature. Ne pas laisser transparaître le trop-plein d'émotions.

Ce constat n'est pas une découverte récente. Au 17e siècle, le Cardinal Mazarin disait déjà: "Farde ton cœur comme on farde un visage. Que les mots que tu prononces, les inflexions de ta voix participent du même déguisement. N'oublie jamais que la plupart de tes émotions se lisent sur le visage."

Le langage n'est pas notre seul moyen de communication avec les autres. Le corps s'exprime aussi plus ou moins consciemment. La tonalité de notre voix, nos mimiques, nos gestes, nos postures fournissent de nombreuses informations à nos interlocuteurs qui les enregistrent,  eux aussi, plus ou moins consciemment. Instantanément.

Comme tout langage, le langage du corps peut s'apprendre. Mais dans une situation stressante, il sera plus difficile de se cacher derrière des mots que de maîtriser son expression corporelle. Il suffit de regarder un débat à la télévision, ou simplement autour de soi, dans ses relations en famille ou au travail, pour s'en convaincre.

 De nombreuses recherches sont engagées aujourd'hui dans le déchiffrage du langage du corps. Un exemple. L'Idiap, institut de recherche de l'EPFL installé à Martigny, collabore avec l'Université Cornell, aux Etats-Unis, et l'Institut de psychologie du travail et des organisations, à Neuchâtel, sur un projet baptisé Synergia. Ce projet cherche notamment à savoir si le langage non verbal d'un candidat lors d'un entretien d'embauche permet de prédire sa performance au travail…   


 


Pensées

Aller au haut