Recherche


Micheline Calmy Rey Micheline Calmy-Rey [www.admin.ch]

En août 2008, lors de la réunion annuelle des ambassadeurs suisses à Berne, Micheline Calmy-Rey, ministre des affaires étrangères, se fait la championne du dialogue avec tout le monde. Elle a rendu visite quelques mois plus tôt, coiffée d'un long foulard blanc, au président iranien. On la voit tout sourire avec le président Mahmoud Ahmadinejad. Elle avait alors expliqué avoir été obligée de porter cet "accessoire de mode" pour pouvoir "ouvrir le dialogue et entrer en matière sur la question des droits humains, la non-prolifération nucléaire et le soutien à une entreprise suisse", en l'occurrence une entreprise zurichoise intéressée à la signature d'un contrat gazier avec l'Iran.

S'est-elle crue obligée de justifier à nouveau ce déplacement qui avait fait pas mal de vagues à travers le monde, en particulier aux Etats-Unis et en Israël? Toujours est-il qu'elle entonne l'hymne au dialogue universel, allant jusqu'à se demander s'il faut le rechercher «sans discrimination – quitte à s’asseoir à la table d’Oussama ben Laden?»

M.Calmy.Rey-M.Ahmadinejad.jpg▶︎ Mars 2008, Micheline Calmy-Rey et Mahmoud Ahmadinejad à Téhéran.

L'évocation du dirigeant d'Al-Quaïda à la table de négociations fait évidemment le tour du monde, mais rarement sur le mode compréhensif. Pour éteindre l'incendie qui menace de se propager dans les chancelleries, au moins en Occident, le Département fédéral des affaires étrangères publie une mise au point: «Micheline Calmy-Rey a évoqué les possibilités et les limites dans lesquelles ce dialogue doit se tenir. Dans ce contexte, de façon rhétorique, elle a posé la question de savoir s’il faudrait même envisager d’accepter un dialogue avec Oussama ben Laden.» Mais la ministre n'a jamais proposé un tel dialogue. Son propos a simplement été mal dosé.


 


Pensées

Aller au haut