Recherche


Sarkozy HollandeNicolas Sarkozy et François Hollande

Dans ses discours de président de la République, Charles de Gaulle disait "nous" ou "la France". Avec François Mitterrand, on est passé au "je", dont le président socialiste a largement usé avant que Nicolas Sarkozy et François Hollande en abusent. 

Lors de ses vœux du 31 décembre 2013, François Hollande a dit 32 fois "je" en quelques dix minutes, soit un "je" toutes les vingt secondes. Sans compter les "mon", les "moi" et les autres mots se référant à sa personne.

Charles de Gaulle, à qui l'on prêtait volontiers un caractère autoritaire et une forte dose de volontarisme, n'a dit que 29 fois "je veux" en dix ans de discours présidentiels. En deux fois moins de temps, Nicolas Sarkozy a prononcé 305 fois "je veux" dans ses interventions présidentielles. Au 1er janvier 2014, après un an et demi de présidence, François Hollande en était déjà à 74 "je veux" ¹. "Je veux", nous on veut bien, mais de toute évidence, plus le discours paraît musclé moins l'action semble efficace.

Le "je" en rapport avec le "vous" à qui l'on s'adresse est une habileté. Elle n'est pas nécessairement condamnable, elle peut même être recommandée dans certaines circonstances. Mais tout ce qui est excessif devient insignifiant. Le "je" suffisamment répétitif pour ressembler à un tic de langage finit par perdre toute force d'expression. Il finit même par être contre-productif en termes d'image et de crédibilité. Car le "je" ne peux payer que si les actes, puis les résultats, suivent les paroles. On en est loin avec Nicolas Sarkozy et François Hollande.

¹ Damon Mayaffre, Le discours présidentiel sous la Ve République, et Nicolas Sarkozy, Mesure et démesure du discours politique, Presses de Sciences Po, 2012. Les chiffres cités pour François Hollande relèvent aussi des études de Damon Mayaffre.


 


Pensées

Aller au haut